Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ange est au paradis

    pour janvier 2012

    Bon dieu qu'il fait doux. Pas encore d'hiver en vue. Il y a encore quelques mouches. Pourtant, on ne peut plus attendre. Il faut s'occuper de notre cochon, et faire notre cochonaille. C'est donc le coeur plein d'émoi que nous amenons notre cher Ange vers un monde meilleur.

    Quand nous récupérons la viande, le froid a commencé à poindre son nez. En 48 h le thermométre est bien descendu. Les dieux sont avec nous et nous allons pouvoir cuisiner avec un maximum de securité sanitaire. Et c'est parti. Le hachoir à droite pour les saucisses fraiches et sèches, les planches de découpes a gauche pour les cotelettes et les rotis, au fond c'est pour les fritons, et n'oublions pas le court bouillon pour le boudin. Au fait il faut changer la grille du hachoir pour faire les patés, et il faut mettre les jambons au saloir. Ou sont les boyaux, il faut gratter les os, j'ai fini l'assaisonnement des patés, ou est la balance, les bocaux sont prêt. J'ai faim.

    Il nous aura fallu environ 10 heures de travail à 4 pour mettre en conservation les 170 kg de viande de notre cochon, et deux jours pour tout stériliser. Pour une premiére fois, on est satisfait. Si on rapporte ce poids a son vivant, notre Ange pesait 250 kg. Nous l'avons bien engraisser. Il avait 1,5 ans.