Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Transhumance en Quercy

    Attention au départ............. C'est parti !

    C'est à Rocamadour en cette magnifique journée du 12 avril 2011, que se sont rassemblés environ 500 brebis et 500 visiteurs pour le grand départ de la "Transhumance en Quercy". L'objectif de cette transhumance est évidemment de fournir de l'herbe fraîche aux brebis mais aussi d'entretenir des espaces embroussaillés délaisés au cours du temps par les éléveurs du sud du département. C'est donc pendant 4 jours que nos adorables amis a lunettes vont traverser le département pour rejoindre Luzech, et la vallée du Lot. Mais pourquoi si tôt dans l'année me direz vous. Et bien ici, nous n'avons pas de neige, donc pas besoin d'attendre qu'elle fonde pour avoir de l'herbe. Par contre sur le Causse nous avons l'habitude de la sécheresse et de l'absence d'herbe, donc dès que l'herbe pousse, il faut la consommer.

    Mas ce n'est pas une mince affaire de préparer les brebis a transhumer. D'abord, il faut les tondre pour leur éviter les coups de chaud durant la marche (70 km quand même) et pour leur donner envie de se goinfrer pour se faire la couche de graisse nécessaire à une bonne ovulation en vue de la lutte (mise au mâle). Sur notre ferme nous tondons nous même. Certes la cadence est plus lente et la tonte moins professionnelle mais cela nous permet de conserver un meilleur contact avec nos bêtes.Cette année nous avons galéré avec notre tondeuse électrique (problème de lame). Mais ça y est c'est fait.

    Il faut quand même attendre quelques jours (1 à 2 semaine) après la tonte avant de les laisser partir. En effet un coup de froid est vite arrivé surtout s'il pleut. Alors nous les sortons la journée, les rentrons le soir (les nuits sont encore fraîches même si les journées sont suffocantes). Il faut aussi les séparer de leur petits nés pendant l'hiver. Une séparation de 48 h suivi d'un retour près des mère d'un heure puis a nouveau une séparation doit normalement rompre le cycle de fabrication de lait des brebis. Elle pourront partir sereine en laissant leurs petits sevrés derrière elles sans remords. Reste plus qu'un petit déparasitage (vermifuge pour ténia surtout), la taille des ongles et le traitement du piétin (champignon entre les deux ongles). Si tout va bien nos brebis rejoindrons l'estive à Luzech la semaine prochaine et feront parti du millier de bêtes qui aident au débrousaillage des terres en friche.